Dans son analyse globale des dispositifs en France dédiés à la création d’œuvres audiovisuelles, cinématographiques et expérimentales (vidéo), PLC a constaté une certaine disparité selon les territoires et un cloisonnement des soutiens en fonction des projets. Ces dispositifs ne favorisent pas la rencontre transdisciplinaire entre artistes de différents horizons et tendent à sectoriser les disciplines sans qu’elles puissent se nourrir les unes des autres.

Un projet artistique ou « un travail créateur » pour prendre les mots de Pierre-Michel Menger, n’a pas une trajectoire de réalisation linéaire, il s’accomplit dans l’incertain. Pour passer à l’état d’œuvre, le projet doit subir une série de mise à l’épreuve face à d’autres auteurs-artistes, spectateurs ou théories pour permettre à l’auteur-artiste porteur du projet de le questionner, de confirmer ou changer la direction de son arc de réalisation. Les dispositifs doivent permettre cette mutation sans contraindre ou exclure les œuvres avec des cloisonnements de genre, de format ou de durée.

Les résidences existantes sont par ailleurs majoritairement limitées à des étapes de fabrication de projets : écriture, production ou diffusion. Pourtant, la création d’œuvres ne peut se concevoir systématiquement selon une chronologie prédéfinie.

 Un soutien à la création idéal doit pouvoir être suffisamment flexible pour ne pas venir contraindre l’artiste, et lui permettre d’effectuer des allers-retours autant que nécessaire entre les différentes étapes.

 PLC permet ainsi à des artistes-auteurs, vidéastes et cinéastes, d’être accueillis en résidence le temps variable et adaptable de leur création. Il peut s’agir aussi bien d’étapes de recherche ou d’expérimentation, de réalisation que de diffusion de leurs oeuvres. Tous les champs de la création artistique sonovisuelle* sont concernés, avec pour seule contrainte que le domaine de recherche ne se limite pas à l’expérimentation sensorielle, mais bien qu’il y ait nécessité d’utiliser ce support sonovisuel comme langage pour transmettre des idées, des pensées, des messages, des revendications…

Cette résidence se présente comme un laboratoire et pointe une attention particulière sur la démarche artistique des résidents et leur cohérence/singularité. L’association mettra pour cela à disposition du résident un espace de travail dans ses locaux avec les moyens de communication nécessaires (internet, téléphone), des ressources disponibles sur place (ouvrages généraux et techniques sur l’art et le cinéma, dossiers de production, etc.), du matériel de tournage et de montage en accès libre. Le résident pourra s’entretenir naturellement avec les autres artistes résidents et confronter son travail à celui des autres, faire évoluer sa réflexion et la leur, participer aux autres créations dans une logique d’échange et d’entraide. Impliqué de fait dans les événements impulsés par l’association, le résident rencontrera également un certain nombre de professionnels des différents milieux artistiques ainsi que des collaborateurs techniques et artistiques.

* néologisme utilisé pour définir les œuvres composées de son et d’images en mouvement qui incluent le cinéma, l’audiovisuel, l’art vidéo et d’autres moyens d’expression répondant à ces mêmes critères.


Pour en savoir plus, téléchargez le document suivant : Conditions de candidature Résidences de Création PLC
Si vous souhaitez soumettre un projet à l’association, n’hésitez pas à nous l’envoyer par mail à residences@planlibrecreations.fr